[Grèce] contre la patrie et l’unité nationale

[Affiche de groupes de contre-information contre les adeptes de la patrie et les apologistes de l’unité nationale en Grèce, trouvée en anglais sur Contra Info puis traduite par Le Réveil]

Puisque nous ne sommes pas nés hier mais nous gardons la mémoire, puisque nous crachons sur la propagande des médias privés…

Nés ici ou pas, nous vivons et marchons aussi dans ces rues, nous savons donc très bien que :

LES GRECS AUSSI, ILS ASSASSINENT

(massivement) en Afghanistan, en Somalie et partout ailleurs où les bottes de l’armée grecque pénètrent, comme elle a massacré à Srebrenica dans le passé récent et comme elle continuera à tuer des gens partout où la protection des « intérêts économiques nationaux » le demandent.

LES GRECS AUSSI, ILS VIOLENT

des filles et des garçons d’Afrique, d’Europe de l’Est et de partout, depuis des années, dans les bordels de la capitale et dans les bars louches en province, à l’intérieur des postes de police de notre voisinage. Une autre preuve tangible de leur imposture corpulente traditionnelle, accrue par leur condition (empruntée) du « Grec économiquement puissant ».

LES GRECS AUSSI, ILS VOLENT

Les banquiers, propriétaires de bateau, patrons, hommes d’affaires, archimandrites de l’église, politiciens, juges honnêtes et policiers incorruptibles de Grèce ; en Grèce, dans les Balkans et partout où ils étendent leurs affaires répugnantes…

L’UNITÉ NATIONALE, C’EST UNE ARNAQUE

dont l’objectif est de créer l’illusion pour nous « d’en bas » que nous aurions des intérêts communs avec ceux qui nous volent, violent notre personnalité, avec ceux qui veulent tout presser hors de nous avant de nous exterminer dans une galère, une prison, une maison de fous.

NOUS NE DEVRIONS PAS SEULEMENT REFUSER D’ORGANISER NOTRE RÉSISTANCE SUR LA BASE DE L’UNITÉ NATIONALE

NOUS DEVRIONS LA DÉTRUIRE

GROUPES DE CONTRE-INFORMATION CONTRE LES ADEPTES DE LA PATRIE ET LES APOLOGISTES DE L’UNITÉ NATIONALE

This entry was posted in general, guerre sociale, les papiers on s'en fout on n'en veut plus du tout. Bookmark the permalink.