[Grèce] A propos de l’arrestation et du tabassage de compagnons accusés de braquage

[2 février] : Selon une information parue sur Indymedia Athènes, les compagnons Giannis Michailidis et Dimitris Politis ont été arrêtés par la police avec deux autres personnes.

Les mandats d’arrêt contre tous les deux concerneraient leur participation présumée à l’organisation de la Conspiration des Cellules du Feu.

Les arrestations ont été faites le 1er février 2013, et les policiers tentent à présent de les relier à deux braquages survenus dans la zone de Kozani (nord de la Grèce).

Tous les quatre otages ont été durement tabassés par les flics. Dans une vidéo des médias de masse postés devant le tribunal de Kozani, on peut entendre crier les compagnons :
« Vive l’anarchie ! Longue vie à l’anarchie, ordures de merde ! »
« Vive l’anarchie ! Flics, juges, politiciens, vous n’avez aucune raison de dormir tranquille. Nous avons perdu une bataille mais pas la guerre ! – Allez vous faire foutre » !

Courage aux compagnons séquestrés par l’Etat !


[5 février] : Le 3 février, Dimitris Politis et Yannis Michailidis ont été amenés sur ordre du parquet devant le tribunal d’appel d’Athènes à propos des mandats contre eux liés à la Conspiration des Cellules du Feu (CCF). Le 4 février, ils ont été amenés devant le tribunal spécial de Korydallos lors de la 25e session du procès contre la CCF. Tous deux ont été renvoyés à la prison de Korydallos, où sont également incarcérés les membres de la CCF.

Le 5 février, tous les quatre compagnons accusés du braquage de banque à Velventós-Kozani, c’est-à-dire Dimitris Politis, Yannis Michailidis, Nikos Romanos et Andreas-Dimitris Bourzoukos ont ensuite été transférés à Kozani, où ils devront attendre une audience devant le tribunal local le 6 février.


[6 février] Déclaration de trois des quatre anarchistes arrêtés pour le braquage de banque de Kozani

Nous volons quelques mots depuis les cellules du centre de détention dont nous sommes otages, pour exposer nos buts et nos intentions, afin de clarifier la situation sur les derniers événements.

Comme anarchistes, nous considérons le choix du braquage d’une banque comme un acte conscient de résistance. Notre acte n’avait pas pour but l’enrichissement personnel. L’attaque contre les temples du capital fait partie de notre activité révolutionnaire générale. Concernant nos tortures par les forces de répression, nous ne voulons pas qu’elles contribuent à notre victimisation. Nous n’attendions rien de moins des ennemis de la liberté. Nous n’oublions pas combien de personnes ont été démolies dans les commissariats et dans leurs prisons. Que les marques de torture deviennent une autre occasion pour transformer la rage en action.

Contre les représentants institutionnels de la justice, notre comportement sera intransigeant et sans compromis. Nous ne collaborons pas – Nous ne nous excusons pas.

Vive l’anarchie.

Les anarchistes :
Nikos Romanos
Andreas-Dimitris Bourzoukos
Giannis Michailidis

PS : Un texte plus détaillé de tous les quatre arrêtés suivra sur notre affaire.


Kozani (Grèce) : rassemblement solidaire devant le tribunal avec les quatre compagnons arrêtés pour braquage le 1er février

[7 février] Un rassemblement s’est déroulé ce matin (6 février) devant le tribunal de Kozani, où les quatre arrêtés du premier février ont été trainés devant un procureur et le juge. Parents, amis et compagnons d’Athènes, Thessalonique, Kozani, Veria et Larissa (environ 80/100 personnes) ont uni leurs voix pour être aux côtés des quatre anarchistes.

Nous n’avons pas cessé une minute de chanter des slogans de solidarité devant le tribunal, essayant de réchauffer le cœur de nos compagnons. Des slogans ont été tagués sur les murs du palais de justice, et nous avons placé quatre banderoles de solidarité tout autour. Le rassemblement s’est terminé par une manifestation vers la place centrale de Kozani, pendant laquelle nous avons été suivis par des dizaines de flics anti-emeute.

Les quatre compagnons ont tous été maintenus en détention préventive et ont été transférés à la prison de Koridallos à Athènes.

Le terrorisme c’est de penser que tu es libre
Liberté pour ceux qui sont dans les cellules des prisons
La solidarité est notre arme

Et voilà un message envoyé par les quatre compagnons à ceux qui étaient au rassemblement :

Nous saluons les compagnons solidaires qui se sont retrouvés devant le tribunal de Kozani.
Leurs slogans ont réchauffé nos cœurs.
Même si ce n’est qu’à travers notre imagination, nous levons nos poings à leurs côtés.
Vive l’anarchie

Les anarchistes :
Nikos Romanos, Andreas-Dimitris Bourzoukos, Yannis Michailidis, Dimitris Politis


[8 février] Grèce : « un seul mot : dignité », Affiche à propos des événements de Kozani

Quelle accusation est plus belle que celle de braquage de banque ?

Et pourtant, les compagnons n’ont pas été tabassés pour avoir « enfreint la loi ».

Ils ont été tabassés pour avoir attaqué consciemment le monopole étatique de la violence.

Ils sont restés debout face à ses mécanismes et sa violence, comme c’est cohérent pour toute personne en révolte.

Pas même une parole n’a été adressée aux flics, et uniquement des insultes pour les juges et les journalistes.

Que les oppresseurs réalisent cela.

Ni la torture ni la mise au pilori ne pourront discipliner tous ceux qui résistent à leurs ordres.

Ils ne peuvent assécher la soif d’une vie libre.

Flics, juges, politiciens, vous n’avez aucune raison de dormir en paix.

Solidarité avec les quatre accusés du braquage de banque de Kozani

Anarchistes pour l’émancipation individuelle et sociale

_________________________________

[Traductions de l’italien par les Brèves du désordre publiées le 8 février 2013 à partir de textes publiés sur contrainfo]

This entry was posted in general, guerre sociale, solidarité. Bookmark the permalink.