Avalanche n°7 – correspondance anarchiste – juin 2016

Cliquer sur la première page pour télécharger Avalanche N°7

Cliquer sur la première page pour télécharger Avalanche N°7

Les anarchistes se sont toujours appropriés des moyens pour faire des idées antiautoritaires et des luttes une matière pour alimenter le dialogue et l’action subversives. C’est en ce sens-là que cette publication se veut aussi un moyen et plus précisément, celui d’offrir un espace pour nourrir le débat international entre anarchistes. C’est pourquoi ces pages laisseront surtout la place aux combats dont le ressort est anarchiste : des luttes autonomes, directes et auto-organisées ; des combats qui poussent vers la destruction du pouvoir sous toutes ses formes ; des luttes qui se déroulent aujourd’hui, comme hier ou qui sont à venir.

https://avalanche.noblogs.org/

______________________________________

Editorial du n°7 :

Ces moments vécus dans cette société semblent exceptionnellement prolifiques au cynisme et au défaitisme. Et je parle au-delà des préoccupations pour mon propre bien-être. Ce sont des attitudes qu’on peut rencontrer tous les jours, sous la forme d’un « plus malin que toi » ou d’un passe-partout pour se balader à travers la vie sans entraves. Mais aussi, plus sincèrement, ils sont le résultat de différentes degrés d’épuisement ou de désillusion. La capacité de révolte ne peut pas s’appuyer uniquement sur l’optimisme de l’incertitude. Alors que la rébellion n’a rien perdu de son urgence, cela seul ne nous empêche pas de se retrouver dans une impasse.

Une position anarchiste doit trouver son expression dans des actions, ou elle ne sera que des mots dans le vent bientôt emportés à cause de leur légèreté. La question est alors comment? En outre, comment intervenir à partir d’une position anarchiste dans les rapports sociaux? Parce que c’est là que la reproduction de l’autorité est en cours. Contre la dépendance organisée qui nous place (en alternance ou même simultanément) dans le rôle d’opprimé et d’oppresseur, nous devrions viser l’autonomie. A partir du refus de la représentation et de l’aliénation, la tentative de ne pas laisser modeler sa vie par les exigences et les normes de cette société. Peut-être c’est ce qu’on désignait avant par la notion de l’émancipation individuelle. Dans cette perspective, un projet anarchiste visant une lutte sociale englobe l’action directe et l’organisation informelle, empêchant l’établissement des rapports de pouvoir. Une rupture en soi, qui cherche à creuser plus profondément.

Certes, des niches de pratiques alternatives et de relations améliorées ne sont pas satisfaisantes. Toute tentative subversive doit chercher à saboter les mécanismes de contrôle et de soumission et rencontrera des complices. Nous pouvons créer nous-mêmes des moments de rencontre ou nous pouvons nous élancer dans des moments de rage. Ces moments tiennent tout leur potentiel dans la capacité à faire avancer une critique radicale de toute autorité et de réaliser l’autonomie (ce qui signifie pas de représentation, mais l’action directe). Souvent, nous sommes (de nouveau) confrontés à des efforts de recrutement et de récupération, qui hissent la bannière de l’unification. Que ce soit à travers la convergence gérée par des militants de gauche/bureaucrates de l’assemblée ou à travers une rhétorique séduisante imposant un discours hégémonique (que de tous les traits d’une idéologie en manque seulement une : la cohérence). Certains ont des ambitions de devenir les portes-parole (des intermédiaires des médias aux courtiers du pouvoir, mais aussi les soi-disant intellectuels) que nous devrions profaner.

Alors que la machine d’intégration de l’État social est en décroissance (un État social qui garantissait de toute façon qu’un accès limité et destiné à la fabrication des citoyens ; producteurs et consommateurs), les illusions d’un grand nombre de personnes sont brisées. Cela semble fournir un terreau fertile pour les nouvelles politiques des vieilles identités, sur la base des chimères autour de la race, l’ethnie, la nation, la religion ou d’autres idéologies lorsque les dirigeants en devenir tentent de suivre la dernière mode. Cela signifie probablement que certains pensent que les anarchistes sont en retard sur les temps. Nous préférons de nous considérer à contre-temps avec cette société et nous ferons en sorte d’interférer dans le rythme de la domination.

______________________________________

Sommaire du n°7 :

4 – Italie – Abattre les frontières au Brennero et partout

10 – Allemagne – Depuis le début de l’année, le conflit contre RWE au forêt d’Hambach s’intensifie chaque jour de plus.

13  – Belgique – Le carnage et son monde

15  – Belgique – Un bref survol de la situation sociale à Bruxelles

17 – Belgique – A propos du procès antiterroriste à venir contre des anarchistes et anti-autoritaires

19  – Royaume-uni – Londres 2016 : le terrain de lutte dans notre ville

23 – Espagne – Communiqué sur la dernière opération répressive à Barcelone

25 – Chili – Pour un 29 mars insurgé et anarchique

28 – Chili – En lutte contre le patriarcat, mais avant tout… contre toute forme d’autorité !

30 – Mexique – Irréductibles face au pouvoir et à sa répression

This entry was posted in dans le texte, general, guerre sociale. Bookmark the permalink.