[Paris] L’épidémie de suicides se propage chez les pneus de collabos

Dans la nuit du 21 au 22 août, inspirés par nos camarades d’infortune qui se sont dégonflés la semaine dernière, nous avons nous aussi refusé d’accomplir notre tâche avilissante.

Demain, nous n’irons pas au travail :

– 4 camionnettes, une voiture et un camion de la Mairie de Paris
– une voiture et une camionnette Vinci (construit des taules, centrales nucléaires, l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, l’autoroute de Khimki…)
– une voiture EDF (principal producteur d’énergie nucléaire)
– une camionnette SNCF (transport de déchets nucléaires, déportation de sans-papiers, TAV/TGV…)
– un utilitaire, une voiture et un camion GDF Suez (s’engraisse sur les centres de rétention et participe à l’industrie nucléaire)
– une voiture Securitas (raclures de vigiles)
– une voiture Autolib et 5 Vélib’ (transportent des bobos)
– plusieurs voitures de bourges : une Audi TT, une Mercedes SLK, deux 4×4 (Mercedes et BMW)

Demain nous ne construirons pas de prisons, nous ne déporterons pas de sans-papiers, nous ne servirons pas de faire-valoir à des abrutis, nous ne participerons pas à la nucléocratie, nous serons les maillons faibles de la gentrification… En espérant inspirer de notre geste nos conducteurs.
On ne fait pas d’omelette sans casser des pneus !
Que crève le pneu-monde !

cellule Ni pneu ni maître de la Conspiration des Cellules de Pneus

____________________________________

[Diffusé sur Indymedia Nantes le 22 août 2012]

This entry was posted in contrôle social, contrôle policier, general, guerre sociale, solidarité. Bookmark the permalink.