Mexique, 5E : Fin de l’arraigo, le montage d’une affaire de terrorsisme tombe, les compagnon-ne-s sont maintenant détenu-e-s pour dommages et attaques à l’ordre public

Hier, le 17 Février, marquait la fin des 40 jours de l’arraigo* décrété par le Procureur Général de la République contre nos compagnon.ne.s Carlos López, Amélie Pelletier et Fallon Poisson.

Pendant ces quarante jours, ils ont essayé de mettre sur pied des accusations de terrorisme et de criminalité organisée. Cependant, et en dépit de méthodes intimidantes et inquisitoriales ils ont été incapables de monter leur affaire, de sorte qu’à la fin de l’arraigo nos compagnon.ne.s ont été relâché.e.s faute de preuves, par contre, la Police Locale du District Fédéral les a ensuite remis.es en détention pour des accusations de dommages et attaques à la paix publique.

Les compagnonnes se trouvent dans la prison pour femmes Reclusorio Femenil de Santa Martha et ont déjà reçues la visite de leurs avocat.e.s, tandis que Carlos a appelé pour dire qu’il se trouve dans le Reclusorio Oriente, mais que les visites ne lui seront permises qu’à partir de demain.

Les crimes dont illes sont accusé.e.s n’étant pas majeurs, il leur est donc possible d’accéder à la caution, mais n’oublions pas que c’est la même situation à laquelle Mario González fait face et il s’est fait refuser systématiquement la caution à partir de l’argument qu’il est un danger pour la société.

Continuons la solidarité avec nos sœurs et frères séquestré.e.s par l’État!

Liberté pour Carlos, Amélie et Fallon!

Liberté pour Mario, Salvador et Fernando !

La liberté pour tou.te.s !

À bas les murs des prisons !

(*détention préventive arbitraire dans le système de justice mexicain)

____________________________________________

[Repris de fuegoalascarceles, traduit de l’espagnol par sabotagemedia]

detenidosmexicos

Pour mémoire plusieurs textes et lettres traduits en français :
Solidarité avec Amélie, Carlos et Fallon

This entry was posted in contrôle social, contrôle policier, general, guerre sociale, solidarité. Bookmark the permalink.